# 🎭 — Collectibles

10 choses à savoir sur les CryptoPunks

Par Kevin HA | kha.eth | kevinha.tez , le 22 décembre 2021 - 8 minutes de lecture
CryptoPunks

Il y a un peu plus de quatre ans, deux développeurs créent un projet artistique décalé qu’ils appellent CryptoPunks. Derrière les pixels, cette démarche soulève une question sérieuse et ambitieuse : quelques bouts de code peuvent-ils octroyer la pleine propriété d’une image numérique ? L’idée était folle et nécessitait, selon les créateurs, un « bon en avant conceptuel ». Quatre années plus tard, le 11 mai 2021, chez Christie’s neuf Cryptopunks ont été cédés aux enchères pour 15 millions d’euros. CryptoPunks est considéré -à juste titre- comme, l’alpha et l’oméga, le précurseur du mouvement CryptoArt et des NFT PFP (Picture for Profile). Découvrez dix anecdotes à connaître quant au projet.

CryptoPunks n’était qu’une base artistique pour une application mobile

En 2017, Matt Hall et John Watkinson, fondateurs de la société New Yorkaise Larva Labs, créent un moteur d’avatars permettant de générer des milliers de personnages aux apparences uniques. Ils pensaient initialement avoir les bases artistiques pour une future application mobile. Finalement, ils ont créé un modèle qui a changé le paradigme du marché de l’art numérique et remis en question le concept même de « propriété ».

Larva Labs lance CryptoPunks en juin 2017

CryptoPunks est une collection d’images dite de « Pixel Art » de 24 pixel sur 24 pixel (24×24) au style 8-bit. Ces images incarnent des personnages à l’apparence parfois marginale, d’autres fois provocatrice et souvent excentrique. Il existe exactement 10 000 personnages uniques à personnalité ostensible, chacun ayant ses propres traits de caractère générés de manière aléatoire.

Il existe 6 039 punks masculins et 3 840 punks féminins. Au total, 696 portent du rouge à lèvres, tandis que 303 ont une barbe dite « mutton chop ». Il y a 286 Punks avec des lunettes 3-D, 128 Punks aux joues roses, 94 Punks avec des nattes, 78 Punks avec des dents de lapin et 44 Punks avec des bonnets. Nous retrouvons également huit CryptoPunks sans aucun signe ostentatoires -parfois appelés Punks de la Genèse- et un seul avec sept attributs (traits) : le CryptoPunk #8348 qui affiche une grosse barbe (Big Beard), des dents de bouc (Buck Teeth) -dont l’une est cachée par une Cigarette-, une boucle d’oreille (Earring), un grain de beauté (Mole), des lunettes de soleil classiques (Classic Shades) et un chapeau (Top Hat).

Le CryptoPunk 8348
Le CryptoPunk 8348

Les CryptoPunks s’inspirent de la scène punk de Londres

D’après Matt Hall et John Watkinson, il existait un esprit (mindset) contestataire, voire tapageur et anti-institutionnel aux premiers jours du mouvement blockchain. Les auteurs ont voulu refléter cette ambiance au travers le look des CryptoPunks.

Les CryptoPunks doivent incarner une collection de personnages marginaux et anti-conformistes — M. Hall, J. Watkinson.

Le mouvement punk Londonien des années 1970 semblait ainsi être la bonne approche esthétique. L’esprit dystopique du cyberpunk, tel qu’il se présente dans le film Blade Runner ou dans le roman Neurommancier de William Gibson, influence également les créateurs.

Tout le monde peut voir et enregistrer n’importe lequel des CryptoPunks

Il existe une image qui combine les 10 000 CryptoPunks sur le site de Larva Labs dont chacun peut profiter. Chaque CryptoPunk a également une page qui lui est dédiée. En plus de l’avatar au format .PNG, cette page détaille les différentes caractéristiques (traits) et l’historique complet des transactions. Tout le monde peut enregistrer et conserver un CryptoPunk.

Les 10 000 CryptoPunks
Les 10 000 CryptoPunks

Mais une seule personne peut officiellement posséder un CryptoPunk

La propriété officielle de chaque oeuvre est enregistrée via un contrat intelligent (smart contrat) au sein de la blockchain Ethereum. Ce contrat, pensé et créé par Larva Labs, est immuable et a une durée de vie infinie. L’historique de la propriété de chaque CryptoPunk est ainsi suivi et documenté dans la chaîne de blocs. Ce système imaginé par Matt Hall et John Watkinson est souvent comparé à la possession d’une ouvre d’at physique prêtée en permanence à un musée. Tout le monde peut voir, photographier, copier ladite oeuvre mais une seul personne en est la propriétaire.

Cette approche de propriété, détournée du Token Standard Ethereum ERC-20, a pleinement inspiré la norme ERC-721 aujourd’hui plébiscitée et usitée par l’ensemble du marché NFT. Pour de venir propriétaire d’un CryptoPunks, ça se passe dorénavant sur le marché secondaire d’Opensea. La dernière transaction s’est effectuée il y a trois heures -en date en date du 22 décembre 2021, 10h11- pour 59.5 ETH Ξ, soit environ 209 374€.

Bon à savoir : OpenSea ne catégorise pas la collection dans le Token Standard ERC-20, ni dansToken Standard ERC-721. La place de marché attribue aux oeuvres la norme « CryptoPunks ».

Certains CryptoPunks sont plus rares que d’autres

En sus des CryptoPunks aux apparences humaines, Matt Hall et John Watkinson -en s’inspirant des archétypes de la culture populaire- ont modifié l’algorithme de leur générateur pour créer quelques avatars plus rares aux aspects imaginaires et non-humains. Ils ajoutent ainsi à la collection : 88 punks Zombie à la peau verte, 24 punks Singe (Ape) et 9 punks Alien à la peau bleu ciel. Comme leurs homologues humains, les punks non-humains ont différentes combinaisons de caractéristiques ou accessoires (traits). L’un des punk Alien fume une pipe est a été surnommé : « Wise Alien » (littéralement l’alien sage ou savant).

Le CryptoPunk 635, l'un des neuf Punks "Alien" et le seul dont le numéro de série est inférieur à 1 000. Il a été vendu le 11 mai 2021 par Christie's New York dans un lot de neuf CryptoPunks au prix de 16 962 500 dollars.
Le CryptoPunk 635, l’un des neuf Punks « Alien » et le seul dont le numéro de série est inférieur à 1 000. Il a été vendu le 11 mai 2021 par Christie’s New York dans un lot de neuf CryptoPunks au prix de 16 962 500 dollars.

L’idée essentielle était que chaque personnage devait être unique. L’avantage de l’art génératif (Generative Art) est que le processus, une fois démarré, peut produire des résultats surprenants que personne ne pouvait prédire.

Nous avons fait tourner le générateur des centaines de fois. Nous avons examiné les résultats et procédé à des ajustements. Puis, une toute dernière fois, nous l’avons exécuté et relié les résultats su Smart Contrat Ethereum que nous avons déployé. Les CryptoPunks étaient ainsi gravés dans le marbre — M. Hall, J. Watkinson.

La collection des 10 000 Cryptopunks est définitive et inaltérable

Conformément à la nature même de la blockchain, une fois le projet lancé et même si elle l’avait souhaité , l’équipe Larva Labs ne pouvait plus modifier la collection. Si le générateur avait tourné une fois de plus ou une fois de moins, le résultat aurait été totalement différent.

Matt Hall et John Watkinson considèrent chaque œuvre comme des pièces individuelles d’art génératif (Generative Art), tout en admettant que le projet -dans sa globalité- doit être considéré comme une œuvre conceptuelle plus vaste. In fine, il s’agit de la première ouvre d’art dotée d’un mécanisme autonome d’enregistrement, de suivi de transactions et de transfert de propriété.

Les CryptoPunks inspirent une communauté de collectionneurs et de connaisseurs

Une fois Mint (frappés/créés sur la blockchain), Matt Hall et John Watkinson donnent gratuitement les CryptoPunks ! Ils prennent soin néanmoins d’en conserver 1 000 (10%) pour eux…

juste au cas où cela deviendrait un phénomène — M. Hall.

Cependant au départ et malgré la totale gratuité, il n’y a eu que très peu d’intérêt. Personne ne souhaite payer les Gas Fees pour récupérer son CryptoPubk gratuit.  A tel point que Matt Hall et John Watkinson pensaient s’être totalement trompés. Il aura fallu un article paru dans Mashable pour observer les premières acquisitions s’opérer. Face à ce nouvel engouement, les CryptoPunks commencent à s’échanger pour quelques milliers de dollars. Pour les collectionneurs chevronnés, il s’agit là d’une transposition digitale d’un objet rare à collectionner. Pour les connaisseurs de Generative Art, CryptoPunks est l’initiateur d’un nouveau mouvement artistique. La perception est encore plurielle eu égard à la collection qui, in fine, rassemble une importante communauté autour d’un seul et même projet.

Le marché des CryptoPunks est extrêmement actif

Au total, à la mi-décembre 2021, plus de 19 000 ventes ont été enregistrées (dont 12 000 au cours des 12 mois précédents). Le prix de vente moyen est d’environ 130 000€ sur l’année 2021, 350 000€ au cours du mois de décembre. Selon nonfungible.com, la valeur totale de toutes les ventes s’élève à 1.6 milliards d’euros – et cette valeur augmente quotidiennement.

Le 9 décembre, le CryptoPunk Singe (Ape) #4156 s’est vendu pour 2 500 ETH Ξ (soit l’équivalent de 9 millions d’euros). Il s’agit du record en monnaie fiduciaire. Le record en Ether est établi par deux punks Alien : 4 200 ETH Ξ le 11 mars 2021 (soit près de 6,7 millions d’euros) : le « Wise Alien » #7804 évoqué supra, et le CryptoPunk Alien #3100 reconnaissable à son bandana.

Matt Hall et John Watkinson cèdent neuf de leur CryptoPunks aux enchères

Un lot de neuf Cryptopunks: 2, 532, 58, 30, 635, 602, 768, 603 et 757, dont le propriétaire n’est autre que Larva Labs, est vendu chez Christie’s en date du 11 mai 2021. Prix de cession : 16 962 500$ (soit environ 15 millions d’euros).

Larva Labs, 9 CryptoPunks, 2017. Non-fungible token - NFT (jpg). 24 x 24 pixels, vendus pour $16,962,500 le 11 May 2021 chez Christie’s à New York
Larva Labs, 9 CryptoPunks, 2017. Non-fungible token – NFT (jpg). 24 x 24 pixels, vendus pour $16,962,500 le 11 May 2021 chez Christie’s à New York

Kevin HA | kha.eth | kevinha.tez

Digital ❤️, 🏃🏻. Web1 ✔️, Web2 ✔️, vers le Web3. Gluten et Lactose free mais avec un peu de PSG. Président — CEO Cotton Bird - E-Commerce, Atelier de papeterie pour événements heureux. CA 20M. Ex. Collaborateur Parlementaire LREM. Ex. Directeur Général Délégué Alice's Garden - E-Commerce, Grand importateur d'équipement d'extérieur. CA : 55M (2019). #NFT 🖼 #WEB3

Voir les publications de l'auteur

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.