# 🎭 — Art

Dans le jardin qui bascule de Taufenbach Pourtout

Par Konohime , le 28 mars 2023 — exposition, photographie - 7 minutes de lecture

Le temps a prouvé que l’Art numérique et les NFT se marient bien et de plus en plus d’artistes s’essayent à ce nouveau medium technologique pour s’exprimer. Parmi les différents courants artistiques, est-ce un hasard si la photographie s’y intéresse particulièrement ? Pas vraiment. Entre la capture du temps à l’image et l’horodatage d’une image sur la blockchain, la démarche est semblable.

Ce parallèle, le duo Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout l’a bien saisi en se lançant dans leur 2eme drop : le jardin qui bascule. Avant de s’intéresser à ce drop de plus près, découvrons leur parcours ainsi que leur travail qui joue sur les perspectives de la perception. 

Présentation de Bastien Pourtout et Edouard Taufenbach

Edouard et Bastien se connaissent depuis 2018 et ont déjà réalisé plusieurs expositions dans le monde entier. Tandis qu’Edouard Taufenbach est diplômé d’un Master en Arts et Médias numérique à Paris 1, Bastien Pourtout a deux diplômes : un Master en Histoire économique et social à Paris X et un Master en Photographie et Art contemporain à Paris VIII.

Leur première collaboration va naître autour de Spéculaire, collage artistique qui utilise les photographies d’une collection anonyme du réalisateur Sébastien Lifshitz. La même année, les collages ont été présentés à la galerie Binôme, à Paris Photo, et l’année suivante à Rome, à Londres, à Mexico et à New York, au festival de Photographie d’Athènes, ainsi qu’à la Villa Noailles.

Pas encore officiellement en duo à ce moment-là, c’est en 2020 qu’ils vont réaliser deux collaborations :

  • La Méthode : projet autour des œuvres de la collection  “Hommages au carré” de Josef Albers
  • Le bleu du ciel : le projet qui va officiellement les réunir à la villa Médicis en tant que lauréats du Prix Swiss Life à 4 mains

Le bleu du ciel sera exposé en 2021 au Musée de la piscine à Roubaix, à Arles pour les rencontres de la photographie et d’autres villes en France. En 2022, en plus d’organiser une exposition avec le galeriste et collectionneur Pierre Passebon,  ils arrivent à présenter deux œuvres à la cinémathèque pour l’exposition Cinemode par Jean-Paul Gaultier.

Une première expérience NFT sur Foundation

« First motion » par Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout

Pour composer le rendu final des collages photographiques, le duo a recours à une méthode basée sur des protocoles et des jeux. Cette signature est retrouvée dans leur travail publiée sur Foundation en mai 2022 : leur première collection NFT Colours in motion.

Toujours dans une démarche de collage, les artistes vont prendre des captures d’écran de leur conversation sur la messagerie privée d’Instagram pour ensuite se les échanger grâce à l’application ephemeral live photos. Ce sont des milliers de photos qui seront échangées durant plusieurs mois. Ces discussions ont fait l’objet de cette transformation pour donner naissance à 7 NFT d’image fixe et animée.

Chaque NFT est la recomposition graphique d’une discussion différente, permettant ainsi de jongler avec de nouvelles formes pour chaque création.

Le jardin qui bascule, un espace à la croisée des chemins

Toujours dans cet esprit de recomposition, de jeu et de perspective, Bastien et Edouard se lancent aujourd’hui dans une nouvelle collection artistique : Le jardin qui bascule. C’est le premier solo show du duo qui dure du 18 avril au 3 juin 2023 à la Galerie C à Paris.

Cette fois, la collection présentera 25 œuvres originales et animées répartie en 5 typologies :

  • The Hedges
  • L’herbier d’ombres
  • Les 2X8
  • Les Légendes
  • The Swinging Garden

En jouant avec la répétition des formes que l’on peut trouver dans les jardins, chaque thématique aborde la manière dont les chemins peuvent se créer et s’agencer dans l’espace. Les 4 premières seront exposées à la Galerie C. La collection NFT The Swinging Garden est disponible sur Foundation 

The swinging gardens

« The swinging gardens – Le jardin qui bascule » par Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout

Pour compléter ces 4 autres pans de l’exposition physique, la collection NFT The Swinging gardens va prolonger ces moments dans l’univers virtuel. Ces œuvres numériques ont été réalisées à partir de photographies argentiques ou de vidéos numériques.

Ce pont entre le monde physique et virtuel va donner lieu à des assemblages qui tournent perpétuellement sur eux-mêmes avec une inspiration directement des dessins de jardins Renaissance ou des jardins à la française du XVIIe siècle. 

« The Piazzale – Le jardin qui bascule » par Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout

Par exemple, l’œuvre de The Piazzale est un collage de photo de la Piazzale à la Villa Medici qui ont été répétés 8 fois. Pour les inspirations à la française, c’est trois parcs et jardins qui ont été mis à l’honneur : 

  • le Parc de Sceaux avec The Waterfalls et The Path
  • Versailles avec le Bosquet de l’Encelade et The Fountain
  • Les jardins du Grand Trianon avec The Trellis

Avec ce pan de l’exposition qui a lieu en ligne, le duo fait un réel premier pas dans le Web3 pour rapprocher l’univers des créations numériques et analogiques.  

The Hedges

« The hedges – Le jardin qui bascule » par Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout

A partir de grands tirages argentiques de texture végétale, les artistes vont se servir de collage pour donner une nouvelle dimension à l’œuvre, la transformant ainsi en un labyrinthe. 

L’herbier d’ombres

« L’herbier d’ombres – Le jardin qui bascule » par Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout

Pour cet ensemble de photos, le duo va favoriser ici un jeu d’échange entre eux.

Ils vont se photographier à tour de rôle en tenant un drap tout en jouant avec les ombres pour faire apparaître un herbier qui n’est visible qu’en regardant l’œuvre dans sa globalité.

Les 2X8

« Les 2X8 – Le jardin qui bascule » par Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout

Dans cette série, l’élément central est la main.

A tour de rôle chaque artiste prend 8 Polaroïds, quand l’un déclenche la prise de vue, l’autre vient guider les positions des mains.  Donnant une géométrie et composition unique, le rendu des 16 Polaroïds est organisé dans une matrice de 4×4 pour accentuer les différentes triangulations géométriques offertes par les photos.

Les légendes

« Les légendes – Le jardin qui bascule » par Edouard Taufenbach et Bastien Pourtout

Les artistes utilisent la technique du photogramme pour impressionner le tracé en même temps que le négatif.

Le rendu final invite à imaginer le voyage dans un jardin, d’une double perspective :  presque cartographique et en volume en haut et en vue subjective en bas. Des jardins à fabriquer, à imaginer et à rêver.

Conclusion

Le jardin qui bascule exprime le travail et la méthode propre au duo Taufenbach Pourtout : la géométrie, l’obsession des matrices et des chiffres pairs, la photo comme base pour créer des œuvres à l’identité propre. Cette nouvelle exposition, qui regroupe œuvres physiques, performance en galerie et pièces purement numériques, s’apprécie comme un ensemble cohérent.

Pour apprécier pleinement cette exposition, nous vous recommandons d’aller visiter la Galerie C au 6, Rue Chapon à Paris. L’exposition dure du 18 avril au 3 juin 2023 et il sera possible de rencontrer les artistes pendant ce temps-là ! N’hésitez pas à suivre leurs œuvres sur leur site et suivre leur compte Instagram :

www.taufenbachpourtout.com 

Edouard Taufenbach

Bastien Pourtout


Cet article vous est proposé dans le cadre  d’une collaboration promotionnelle.


 

Konohime

Issu d'une formation artistique, et fort d'un parcours professionnel technique, j'évolue depuis plusieurs années dans l'univers blockchain, et plus précisément dans celui des Tokens Non Fongibles. Ma valeur ajoutée dans cet écosystème est de rendre accessible au plus grand nombre les enjeux et opportunités offertes par ces nouvelles technologies.

Voir les publications de l'auteur

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.